Pour la mesure du gain des amplificateurs avec un analyseur de réseaux il est nécessaire d'avoir une idée sur la puissance du signal issu du port de l'analyseur (port DUT, ou port 1). Cela est important pour deux raisons, la première est la tenu en puissance du port DET (ou port 2) qu'il ne faut pas dépasser sous risque d'endommager le VNA. La deuxième raison est liée à la linéarité de l'amplificateur sous test, en effet si la puissance d'entrée dépasse le point de compression de l'ampli on risque de sous-estimer son gain. En général ces informations figurent dans les manuels des VNA ou carrément écrits au niveau du port, s'il s'agit de la puissance maximale admissible. Malheureusement cela n'est pas le cas avec le miniVNA Tiny, la seule information que j'ai pu obtenir auprès du constructeur concerne le port 2, dont la puissance maximale d'entrée est de +5 dBm. En revanche la puissance générée par le port 1 varie d'après le constructeur (ce qui est tout à fait normal). On imagine bien que si l'on veut mesurer le S21 d'un amplificateur dont le gain est de 30 dB, on a intérêt d'être sur que la puissance du port 1 ne dépasse pas les -25 dBm. Pour s'en assurer j'ai connecté le VNA à l'analyseur de spectre en balayage continu. Le résultat de la mesure confirme qu'effectivement, la puissance de sortie varie.

On voit qu'en bas de bande elle s'élève à -3 dBm puis décrois progressivement jusqu'au -19 dBm à 3 GHz. Cela signifie que pour mesurer des amplificateurs à fort gain avec le miniVNA il est impératif d'utiliser un atténuateur de 30-40 dB ne serait ce que pour protéger le port 2.