Alimentation stabilisée

Une alimentation stabilisée est de loin un des appareils les plus utilisé lors de la phase de prototypage des circuits électroniques. Il a pour rôle de fournir une énergie contrôlable au montage en assurant une sécurité minimale de l'installation. D'une manière générale, un tel générateur se comporte soit comme une source de tension idéale, soit comme une source de courant idéale. Dans le premier cas, une tension constante est assurée pour un courant variable en fonction de la charge. Dans le deuxième cas, un courant constant alors que la tension peut varier.

Dans la pratique, une alimentation stabilisée sert a produire une tension stable pour un courant variable. Cependant, en fonction de la charge le courant non contrôlé dans ce cas peut endommager le montage lorsqu'il existe un court-circuit. Afin de palier ce risque on utilise souvent un circuit permettant de limiter le courant délivré. On parle ainsi d'une source de tension avec une limitation de courant.

Il existe plusieurs façon de réaliser un telle alimentation, mais une des plus simple consiste à utiliser un régulateur de tension variable LM317. Le datasheet de ce composant présente deux formules et montages qui nous intéresse particulièrement. Le premier où il fonctionne en source de courant (fig. 1) et sert à limiter le courant délivré. Le deuxième où il fonctionne comme une source de tension stable (fig. 2).

fig. 1 fig. 2

Mise en cascade, ces deux circuits permettent d'obtenir une tension stable et limitée en courant. Ici je propose un schéma (fig. 3) de générateur capable de fournir les tensions fixes de 3V , 5V, 9V, 12V ainsi qu'une tension variable de 1.25V à 15V. La limitation en courant peut également être choisi entre 10mA, 100mA, 500mA et 1A.

fig. 3

Afin de pouvoir connecter un afficheur électronique qui donne l'information sur la tension et le courant délivrés, il est nécessaire d'avoir une autre source de tension stable, disons 9V.

Pour produire une tension de 15V pour un courant de 1A il faut que le transformateur puisse les fournir. Sachant que le LM317 provoque une chute de tension entre IN et OUT, il faut qu'il soit légèrement surdimensionné. La tension d'entrée doit également être redressée, donc continue. Pour ma part j'ai trouvé un transformateur avec un pont de diodes capable de produire une tension de 18V pour un peu moins de 1A.

Les LM317 pendant le fonctionnement vont dissiper une puissance égale à (Vout-Vin)*I. Après un calcul sur chacun des régulateur il à été constaté que le refroidissement actif doit être rajouté. Il sera constitué d'un ventilateur et les dissipateurs fixés sur les LM317. Le ventilateur sera connecté à la tension indépendante de 9V au même titre que l’afficheur.

Les composants nécessaires à la fabrication sont les suivants:

  • LM317 : 3pcs
  • Condensateurs : 1uF x 2pcs, 10uF, 1000uF
  • Résistances 1W : 2.5Ω x 3pcs
  • Résistances 0.25W : 12Ω , 120Ω, 100Ω, 270Ω, 560Ω, 620Ω, 1500Ω, 2200Ω
  • Potentiomètres : 10kΩ x 4pcs
  • fusible, afficheur, ventilateur, dissipateurs, borniers etc..

Une fois l'alimentation réalisée, elle nécessite d'être calibrée. Au moyen des potentiomètres RV1..4 et d'un multimètre, les tensions correspondantes peuvent alors être obtenues avec une grande précision.

Images

Insoleuse UV pour pas cher

Depuis quelques temps je cherchais un moyen pratique et bon marché pour insoler la résine (photoresist) sur les carte pré-sensibilisées. Au départ j'utilisais une simple ampoule UV avec un culot E27 que je branchais dans une lampe de table. Cette méthode étant simple au premier abord nécessitait quelques précautions afin de garantir un résultat plus ou moins constant. Le temps d'exposition quant à lui, dépassait parfois les 5 minutes ce qui n'était pas optimal.

Puis en cherchant sur internet je suis tombé sur une idée intéressante d'utiliser un scaner comme support pour les ampoules UV. Il s'agit probablement d'un moyen le plus simple et peu cher qui puisse exister, car les vieux scaners ce n'ai pas ce qui manque aujourd'hui. Ainsi j'ai trouvé un modèle convenable, en terme de hauteur, pour 5 euros en occasion.

La prochaine étape consistait à choisir la source d'UV. Le choix entre les UV LED et les UV ampoules n’était pas évident au départ, cependant un critère important comme l'homogénéité d'insolation a fait basculer la balance du coté des ampoules qui émettent la lumière d'une façon plus équilibrée et intense comparé aux LED's dont le rayonnement est souvent très directif.

La deuxième solution n'était pas sans encombres non plus car il n'est pas très facile de trouver un tube UV de bonnes dimensions surtout pour un prix correcte. Le seul candidat se vendait sur GoTronic, à savoir un modèle de 28cm 8W pour un prix de 6.90€. Malheureusement il était souvent rupture de stock.

La solution, comme souvent, était le ebay où les kits de rechange pour les sèche ongle UV sont vendus au prix de 5€ seulement, et cela pour 4 ampoules de 9W. Il ne restait plus qu'à trouver les supports G23 et récupérer quelques ballasts sur des ampoules de basse consommation. De plus une tel montage est beaucoup plus compacte que des tubes UV avec un ou deux gros ballasts.

En conclusion, environs pour 22€ une insoleuse compacte et très pratique d'utilisation a été réalisée. Le temps d'exposition a été réduit jusqu'à 2 minutes pour une qualité constante.

Vidéo:

Oscilloscope USB basé sur un PIC18F2550

Cela fait longtemps que ce projet existe sur internet à l'adresse semifluid.com, dont l'auteur a gentiment mis à disposition le schéma et les programmes nécessaires. Ici je ne ferai donc qu'un petit résumé de l'appareil en proposant un autre routage de la carte et partagerai quelques observations que j'ai pu noter lors de la réalisation.


Concernant le schéma je ne peux dire que dans le cas d'utilisation d'un Pickit pour programmer le microcontrôleur vous allez devoir souder des fils directement sur les pattes correspondantes, qui pourront ensuite être dessoudés. Cela n'est pas très gênant car l'opération ne se fait qu'une fois mais simplifie par ailleurs le routage.


Fichiers:
pic-osc-Back.ps
pic-osc-Front.ps

Composants:
PIC18F2550 (SO28) - 1 pcs
MAX232 (DIP16) - 1 pcs
C3,C5,C6,C7,C8,C9 (0805) - 1uF
C1,C4 (0805) - 15pF
C2 (0805) - 470nF
R1 (0.25w) - 10kOhm
X1 - 20Mhz quartz
J1 - USB- type A
P1 - embase BNC

Suite
Une fois la réalisation faite, il faut faire les choses suivantes:
  1. Souder les fils pour une programmation ICSP et flasher le uC avec ceci: SAC_tinybld18F2550usb_20MHz_115200_48MHz.hex
  2. Si tout c'est bien passé, les fils peuvent être dessoudés. Ensuite brancher la carte sur un port COM du PC et envoyé sur le PIC ce fichiér à l'aide de Tiny PIC Bootloader : 18F2550-USB-HID-CRC-Oscilloscope.hex Il est important d'entrer le code suivant '12h 34h 56h 78h 90h' dans List of codes to send first
  3. Déconnecter la carte du port COM et la connecter par USB, puis lancer ce programme: PIC18F2550 USB HID Oscilloscope DR1r1 VB Example.zip
Vidéo:

Pont en H contrôlé par un micrôcontroleur

Je vous présente encore un pont en H pour un moteur à courant continu, piloté par un signal PWM. Il est basé sur quatre transistors MOSFET-N (IRFZ44N) dont le courant maximum supporté est de 49A. Bien entendu, dans ce cas il est préférable d'installer un bon dissipateur :)


Un signal PWM généré par un microcontrôleur a souvent une amplitude aux alentour de 5V. Afin d'éviter l'état intermédiaire des transistors qui doivent fonctionner en bloqué/saturé, l'amplitude du signal PWM est amplifié jusqu'à 12V au moyen d'un L293. Cette tension appliquée à la grille permet alors une saturation plus franche. Il est à noter que le signal PWM est appliqué soit sur A soit sur B, l'autre étant obligatoirement à la masse.


Fichiers:
dc-bridge-v2-Back.ps
dc-bridge-v2-Front.ps

Composants:
IRFZ44N - 4 pcs
L293 - 1 pcs
Résistance 10kOhm 0.25w - 4 pcs

Vidéo: